M. Ludovic Pajot attire l’attention de Mme la ministre du Travail sur l’entrée en vigueur au 1er novembre de la réforme relative à l’assurance chômage. Les mesures contenues dans cette réforme vont drastiquement durcir les conditions d’indemnisation des chômeurs. L’Unédic dans son étude d’impact a évalué à près de 1,2 million le nombre de personnes au chômage qui pourraient perdre une fraction de leurs droits. Au final, ce seront près de quatre allocataires sur dix qui seront pénalisés par cette réforme. En vertu des nouvelles règles, deux mois de travail supplémentaires dans les vingt-quatre derniers (contre vingt-huit auparavant) seront désormais nécessaires pour bénéficier d’une indemnisation. La caisse d’assurance chômage évalue à pas moins de 150 000 le nombre d’allocataires qui verront leur durée d’indemnisation réduite. Mais à cette nouvelle disposition s’ajoute le durcissement du dispositif des droits rechargeables qui impactera près de 30 000 ouvertures mensuelles de droits et qui concernera essentiellement les jeunes en contrats courts, mais également la dégressivité de l’allocation pour les cadres. Eu égard aux fortes tensions sur le marché de l’emploi, notamment dans le bassin minier du Pas-de-Calais qui compte un des taux de chômage parmi les plus élevés du pays, ces nouveaux dispositifs ne feront que fragiliser davantage la situation des demandeurs d’emploi et de leurs familles. Il lui demande donc de bien vouloir lui préciser les mesures qu’elle compte mettre en œuvre pour enfin prendre en compte la détresse ressentie par des milliers de Français qui n’ont pas choisi de se retrouver dans cette situation de précarité.