Communiqué d’André Rougé, député français au Parlement européen

Le budget spécifique « outre-mer » vise notamment, grâce au programme 138, à financer les exonérations dites LODEOM de cotisations patronales d’assurances sociales et d’allocations familiales dont certains employeurs ultramarins peuvent bénéficier, en fonction de leurs secteurs d’activité.

Certes, Rue Oudinot le Ministre Lecornu a prévu une augmentation de ce programme de plus de 6% pour compenser le financement des exonérations LODEOM mais compte tenu de la grave crise sanitaire que nous connaissons, cette hausse n’est pas du tout à la hauteur de la situation.

A cet effet, il est important de rappeler que, dès le mois de Février, Marine Le Pen a fait une proposition concrète en la matière. Elle a suggéré que par l’entremise de la banque de France, l’Etat verse une aide de 1500 euros à chacune des TPE – PME du pays accompagnée de 1000 euros mensuel pour chacun des salariés.

A ce jour, le Gouvernement du président Macron n’a malheureusement pas pris en compte un secteur essentiel à la relance économique et à la création d’emplois en outre-mer, celui du BTP. Ce secteur, notamment aux Antilles et en Guyane, à La Réunion ou encore à Mayotte, fait face à une crise sans précédent en raison de l’arrêt presque total de toute activité pendant plusieurs semaines. La reprise de l’épidémie risque d’aggraver encore la situation. Confrontées à cet environnement économique et social désastreux, ces TPE-PME sont exsangues. Il y a une urgence à baisser et même à les exonérer de leurs charges !

Dans ce but, lors de la préparation du PLFSS pour 2021, les entreprises du Bâtiment avaient demandé de pouvoir bénéficier du régime « compétitivité renforcée » des exonérations LODEOM. C’était pour elles un véritable ballon d’oxygène, au moins pour passer 2021. Or, lors du débat à l’Assemblée nationale sur ce sujet, le Gouvernement Castex et le rapporteur s’y sont malheureusement opposés.

Le projet du budget outre-mer discuté cette semaine n’apporte malheureusement aucune disposition nouvelle pour alléger le lourd fardeau que portent nos TPE-PME du Bâtiment, poumon de la vie économique en Outre-mer.

C’est une erreur majeure commise par ce Gouvernement. Cette faute grave va compromettre la relance économique en outre-mer, sur lequel pèse déjà le poids d’un coût de la vie surélevé par rapport à la métropole, et priver ainsi des milliers de Français d’emplois.