Communiqué de David Rachline, maire de Fréjus

La nouvelle est tombée ce mercredi 6 janvier. Le groupe industriel Michelin va supprimer plus de 2.300 postes sous couvert d’un « plan de compétitivité ». Le groupe Michelin, en bonne santé financière, fait le choix de mettre plusieurs milliers de Français au chômage pour battre, sans doute, des records de profits.

On ne joue pas avec la vie des Français.

Quand un groupe industriel se permet de considérer les ouvriers comme de vulgaires nombres que l’on peut diminuer à sa guise, cela montre toute la faiblesse de l’État pour combattre le chômage et préserver des emplois nationaux.

Nous considérons qu’un emploi qui fait gagner son entreprise doit être maintenu et préservé. C’est le rôle de l’État que de ne pas se laisser dépasser par la doxa ultralibérale qui pousse aujourd’hui des dizaines de multinationales à sacrifier des emplois pour viser toujours et encore plus de rentabilité.

La vraie prospérité est celle d’une entreprise qui gagne de l’argent et qui préserve des emplois et assure une vie financière stable à nos compatriotes, particulièrement dans la période de crise sanitaire et sociale que nous traversons.