Communiqué de Presse d’André Rougé, Délégué national à l’Outre-mer du RN, Député français au Parlement européen

Une radio du service public a relayé sur ses ondes les propos d’un pompier de Rouen intervenu lors de l’incendie de l’usine Lubrizol.

Aux dires de ce soldat du feu, ayant souhaité conserver l’anonymat, l’opération se serait déroulée sans autre protection respiratoire que de simples masques de papier.

Si cette information devait se confirmer, ces faits seraient proprement inacceptables. Nos pompiers se sentent déjà mal considérés. Ils sont de plus en plus souvent agressés lorsqu’ils mènent leurs opérations au péril de leur vie. Nous leur renouvelons tout notre soutien.

En revanche, il est certain que les services périphériques – SAMU et forces de police – opérant dans le périmètre l’ont fait en étant exposés à des émanations potentiellement toxiques.
À nos sapeurs-pompiers qui manifesteront leur mécontentement le 15 octobre prochain ;
À nos policiers, contraints de descendre dans la rue pour faire valoir un mal-être moral et professionnel ;
À nos urgentistes de terrain et à leurs confrères mécontents ;
Nous voulons dire que le Rassemblement National et sa présidente Marine Le Pen sont bien conscients des conditions déplorables dans lesquelles ils sont amenés à exercer leur profession.
Pour ces services qui ne ménagent ni leur temps, ni leur peine pour assurer la sécurité, la protection et la survie des Français, nous demandons au président de la République, au gouvernement d’Édouard Philippe et au ministre Castaner s’ils envisagent, enfin, de prendre conscience de l’existence de ces services et de la vie qu’est la leur.