Communiqué de presse de Marine Le Pen, Présidente du Rassemblement National

« On peut sans doute moderniser l’octroi de mer, mais si on le baisse, ou on le supprime, on devra supprimer ce qu’il y a en face, qui sont des services, dont la population a aussi besoin. »

Voici ce que déclarait le président de la République lors de son voyage à La Réunion le 25 octobre dernier au sujet de l’octroi de mer.

Après cette déclaration, nos compatriotes ultra-marins se doutaient que M. Macron ne montrait aucun empressement à prendre à bras-le-corps leurs problèmes liés au coût de la vie bien plus cher qu’en métropole, notamment du fait de l’existence de l’octroi de mer.

La ministre de l’outre-mer, Mme Girardin, a confirmé leurs craintes puisqu’elle vient d’affirmer devant la délégation pour les Outre-Mer de l’Assemblée Nationale le 5 novembre dernier, qu’il n’y aurait aucune réforme de l’octroi de mer, en raison du manque de mobilisation des élus locaux sur ce thème.

Quel étrange procédé que celui consistant à incriminer les élus locaux, pour justifier sa propre passivité ! Quel manque de respect envers les représentants des ultra-marins !

En réalité, le gouvernement reste sourd aux aspirations légitimes de nos compatriotes.

Est-il normal que le coût de la vie à La Réunion soit 7.1% plus cher qu’en métropole, alors que le revenu médian y est inférieur de 30% au revenu médian métropolitain ?

Est-il normal que le coût de la vie en Guadeloupe ou en Martinique soit 12% plus cher qu’en métropole ?

Le système de l’octroi de mer est injuste et inefficace, nous le disons depuis des années. Il est nécessaire de le refondre intégralement, afin de le réorienter vers son objectif premier visant à protéger les productions locales de la concurrence étrangère, de faire appliquer le droit commun en termes de financement des collectivités locales, et de lutter contre la vie chère en supprimant sans délai la TVA sur les produits de première nécessité.

Ce sont ces mesures d’urgence que le gouvernement doit prendre pour enfin lutter efficacement contre la vie chère subie par nos compatriotes ultra-marins.