Communiqué de Frédéric Boccaletti, Président du groupe RN au Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur

Depuis le tragique événement de Conflans-Sainte-Honorine les élus LR sont à la manœuvre. Ils sortent les muscles et bombent le torse assurant d’avoir la seule méthode pour combattre l’islamisme. Ce courage et cette volonté de façade ne sont en fait que les méthodes traditionnelles de cette droite haute dans le verbe, mais complaisante et soumise dans la réalité.

La vérité est qu’en Région Provence-Alpes-Côte d’Azur la majorité LR a consacré, par exemple, plus d’énergie pour sa propre communication ou pour changer le nom de la collectivité en « Sud » que pour agir contre l’islamisme.

En témoigne le rejet de tous les vœux et motions que notre groupe a pu présenter. Vœux et motions dont ils n’hésitent pourtant pas à reprendre les termes aujourd’hui.

Vœu demandant la dissolution de l’UOIF (Union des Organisations Islamiques de France, organisation considérée comme terroriste dans certains pays) : rejeté.

Motion visant à cesser tout lien avec le Qatar, pays soutien de factions islamistes parmi les plus radicales : rejeté.

Individuellement, le groupe LR en Région c’est, par exemple, Agnès Rampal, qui déclarait, dans un rapport consacré à la lutte contre le radicalisme, en Assemblée plénière de juin 2016 : « Je n’ai pas employé et je n’emploierai jamais le terme islamisme ». C’est aussi Nora Preziosi se rendant en tant que conseillère régionale et représentante de Renaud Muselier, en octobre 2019, à la rencontre annuelle des « musulmans du sud » (paravent de l’UOIF).

Parlons pour conclure de Christian Estrosi qui met à disposition 3000m² dans la plaine du Var, pour y construire une grande mosquée qui sera aux mains de l’UOIF.

Ces exemples, et tant d’autres, témoignent de cette duplicité permanente des LR. Pris entre les postures électorales de façade et le clientélisme du terrain ils ont perdu toute crédibilité et devraient plutôt faire le ménage dans leurs rangs avant de commencer à donner des leçons à tout le monde.