Communiqué de presse de Gilles Pennelle Président du groupe Rassemblement National au Conseil régional de Bretagne

Dans le cadre d’un vaste plan d’économie de plus de 2 milliards d’euros, Renault envisagerait de fermer plusieurs sites en France, dont les Fonderies de Bretagne situées à Caudan, y menaçant les emplois de près de 400 salariés.

Rappelons que l’État, actionnaire principal de cette entreprise, vient de lui octroyer une garantie de prêt à hauteur de 5 milliards d’euros pour lutter contre les conséquences économiques du COVID-19 et que le Conseil régional de Bretagne a financé à hauteur de plus de 2 millions d’euros la modernisation du site des Fonderies !

Cette décision, si elle devait se confirmer, outre un drame social terrible pour tout un territoire, serait également un véritable scandale d’État ! L’absence de contreparties en terme de préservation de l’emploi dans l’octroi de ces aides économiques par les pouvoirs publics démontre, à cause de l’amateurisme de nos dirigeants, que les Français ne font que financer par leurs impôts la poursuite de leur propre désindustrialisation !

Ce scandale prouve également les limites des déclarations tonitruantes de Loïg Chesnais-Girard et de ses amis au Gouvernement, dont Jean-Yves Le Drian, sur la nécessité de relocaliser des filières industrielles entières dans notre pays et dans notre région. Derrière les très récents discours souverainistes, c’est bien leur logiciel idéologique néolibéral et désindustrialisant qui nous a conduits là où nous sommes aujourd’hui. Comment, en effet, leur donner le moindre crédit quand ils nous promettent de rapatrier en France et dans notre région des industries entièrement privées alors qu’ils sont incapables de maintenir en France une industrie dont l’Etat est propriétaire à 15% ?

Le Rassemblement national appelle le Gouvernement à enfin prendre ses responsabilités au conseil d’administration de Renault afin de protéger la production et l’emploi dans notre pays et notre région.