Communiqué de Jordan Bardella, député français au Parlement européen, vice-président du Rassemblement national

Le fonds américain Searchlight Capital Partners, qui détient depuis quelques mois un quart des parts du groupe français Latécoère, espère s’emparer de l’ensemble du capital restant via une OPA qui doit aboutir le 3 décembre prochain.

Cette OPA sur ce joyau français de l’équipement aéronautique basé à Toulouse n’a « d’amicale » que le nom et inquiète légitimement ceux qui ont à cœur la défense des intérêts stratégiques, militaires, technologiques et industriels français.

Le gouvernement doit bien évidemment prendre ses responsabilités et intervenir vigoureusement dans ce dossier. La rétrocession de 10% des parts à un investisseur agréé par l’Etat est largement insuffisante. Il convient, comme le permet la procédure de contrôle des investissements étrangers en France (IEF), de refuser cette opération ou d’exiger que les parts françaises demeurent supérieures aux parts étrangères, étant donné qu’est en jeu une activité sensible.