Communiqué de presse de Jean-Paul Garraud, Député français au Parlement européen, Président de l’Association professionnelle des magistrats

Décidément, la gauche et la gauche recyclée (Lrem, écolos…) ont un problème avec les mesures de sûreté, même quand elles peuvent viser des terroristes…!

Ils se croient obligés de saisir les “sages” du Conseil constitutionnel pour savoir si, par exemple, un bracelet électronique imposé à un terroriste en liberté est compatible avec les « libertés constitutionnelles garanties » !?

Il faut se cramponner à sa chaise quand on lit de telles âneries.

Les mesures de sûreté existent dans le droit pénal depuis bien longtemps, elles sont ordonnées par l’Autorité judiciaire, garante des libertés individuelles. Alors, si cette autorité, gardienne vigilante de telles libertés, décide de ces légères contraintes face à des terroristes, où est le problème ? En réalité, il n’y en a aucun sur un plan juridique.

Le problème est ailleurs, sur un plan idéologique évidemment.

Ceux qui n’hésitent pas à mettre nos concitoyens en danger en libérant 15.000 détenus, dont des terroristes et des radicalisés à fort taux de récidive, à rapatrier des djihadistes parce qu’ils sont « Français » ; ceux qui parlent d’incivilités quand nos jeunes sont massacrés par des barbares ; ceux-là ont des états d’âme quand il s’agit de simples mesures de sûreté contre les auteurs de telles barbaries.

Révélatrice d’une perversion des droits de l’homme, nos gouvernants « droitdel’hommistes”, comme ils se définissent eux-mêmes, n’ont de cesse de protéger les délinquants au détriment des victimes.

Ne doutons pas que le Conseil Constitutionnel, présidé par Laurent Fabius et composé de grands démocrates comme chacun sait, remettra les pendules à l’heure en censurant tout ou partie de la proposition de loi d’un député LREM, faisant preuve pour une fois d’un peu de courage, visant à instaurer des mesures de sûreté pour les terroristes sortant de prison, considérées par nos beaux esprits comme liberticides.

Il est temps que nos concitoyens se réveillent et sanctionnent ces irresponsables.

Nos cathédrales brûlent, mais aussi des pans entiers de notre droit que ces idéologues adaptent à leur vérité.

Mais à travers toutes ces dérives, c’est notre civilisation qui part en fumée.