Communiqué de Wallerand de Saint Just, membre du Bureau Exécutif, président du groupe RN-IDF au Conseil régional d’Île-de-France

La majorité de Valérie Pécresse a voté le 16 décembre un amendement de l’extrême gauche visant à taxer les poids lourds. Cet amendement dispose que le Conseil régional « mandate la présidente du Conseil régional d’Île-de-France pour définir avec l’État les dispositions nécessaires à la mise en œuvre de l’écotaxe pour les poids lourds en transit en Île-de-France… ».
Le projet d’écotaxe, véritable fiasco abandonné face à la mobilisation populaire, revient par la porte de l’hémicycle régional sous l’impulsion de Valérie Pécresse. Évidemment, le groupe Rassemblement national a manifesté sa plus vive opposition à ce projet, dénonçant la mise en place d’une taxe supplémentaire pour les entreprises françaises de transport routier. Le groupe Rassemblement national souhaite que cette écotaxe ne s’applique exclusivement qu’aux seuls camions immatriculés à l’étranger et ne participant donc pas déjà par l’impôt à l’entretien des routes.

Cet amendement, placé sur l’autel de la défense de l’environnement, est tout simplement une supercherie. En effet, l’argument écologique culpabilise les Franciliens alors que la seule finalité est de ponctionner encore un peu plus les entreprises françaises pour remplir des caisses vidées par la gestion désastreuse des collectivités « Macron-compatibles ».

Seul le groupe Rassemblement national défend les routiers français et demande l’abandon de tout projet d’écotaxe régionale. Il s’agit d’une mesure confiscatoire et ruineuse laissant planer une lourde menace sur l’avenir d’un secteur majeur de notre économie, déjà exaspéré par la réforme des retraites que lui prépare le gouvernement.