On apprend par la presse régionale que la majorité municipale d’Agen vient d’user de son droit de préemption pour empêcher la vente d’un bien immobilier, ayant accueilli par le passé un couvent Jacobins puis une clinique au début du XXe siècle et enfin une maison de retraite depuis les années 80.

Ce bien ayant attisé l’intérêt de la société Hémisphère 2, la municipalité d’Agen a découvert, après enquête, que cette société civile immobilière était en rapport avec CDC Habitat, elle-même filiale de la Caisse des dépôts et de consignations et qu’il était donc question de racheter la maison de retraite pour en faire un centre d’hébergement pour migrants, le tout à l’insu des élus locaux et surtout de la population !

Alors que le baromètre de la fraternité 2021 indique que 71% des Français considèrent qu’il y a trop d’immigrés en France et qu’il n’est pas souhaitable d’accueillir des immigrés supplémentaires, le gouvernement d’E. Macron redouble d’efforts pour disséminer les migrants sur l’ensemble du territoire et contre la volonté populaire.

Si le « quoi qu’il en coûte » d’E. Macron pouvait se justifier avec la crise sanitaire, force est de constater que cet adage s’applique aussi à la submersion migratoire puisque l’État était donc prêt à débourser 1.650.000 euros pour l’acquisition, en catimini, de ce bien.

Il est fort à craindre que ce genre de duperie orchestrée par l’État se multiplie notamment à cause du Pacte migratoire de Bruxelles qui aura pour conséquence l’arrivée de 60 à 70 millions de migrants en Europe en quelques années.