Communiqué de Sébastien Chenu, député du Nord

Les professionnels de la petite enfance ont dû s’adapter pendant le premier et second confinement qui est toujours en cours pour garder les enfants des soignants et des professionnels de la première ligne souvent restés dans l’ombre.

Ces professionnels de la petite enfance n’ont pas perçu la prime exceptionnelle de 1 500 euros promise par le Gouvernement. Dans la gestion de la crise sanitaire, l’accueil des enfants a permis aux soignants d’être disponibles pour assurer l’accueil des malades du COVID, mais aussi aux professionnels de la première ligne pour continuer à faire fonctionner le pays.
Il est temps pour les professionnels de la petite enfance d’être reconnus pour leur engagement et leur professionnalisme malgré la baisse des aides et des réformes de l’État.

Par question écrite, je me joins au Syndicat National des Professionnels de la Petite Enfance et demande au gouvernement de leur attribuer la prime exceptionnelle à la hauteur de leur engagement exceptionnel et remarquable.