Communiqué de Sébastien Chenu, député du Nord

Les ambulanciers sont en première ligne et pleinement mobilisés face au Covid 19. Pourtant, ces professionnels de santé ne toucheront pas la prime exceptionnelle de 1 500 Euros promise par le Gouvernement. Dans la gestion de cette crise sanitaire, les 57 000 ambulanciers assurent leur mission avec dévouement et professionnalisme, transportant des patients qui sont tous potentiellement porteurs du virus. Alors que les ambulanciers s’exposent tout autant que les soignants hospitaliers, ils ne sont pas prioritaires dans la fourniture de masques FFP2 et s’ils sont contaminés par le Covid 19, ce ne sera pas considéré comme une maladie professionnelle. Ne pas considérer les ambulanciers comme des soignants est une aberration alors qu’ils sont classés parmi les auxiliaires médicaux dans le code de la santé publique. Ni transporteurs ni portes malades, les ambulanciers ont le sentiment légitime d’être oubliés voire méprisés par le Gouvernement. Jamais cités par les directives ministérielles, ils sont privés de toute aide d’urgence. Au risque sanitaire s’ajoute le risque économique : certains professionnel ont vu leur chiffre d’affaires s’effondrer de 80% en raison des reports des consultations et des hospitalisations non urgentes. Le Gouvernement doit apporter une reconnaissance financière et attribuer à ces professionnels de santé le statut de soignant.