Communiqué de presse de Jean-Paul Garraud, député français au Parlement européen

À la suite de l’affaire Mila, du nom de cette jeune adolescente qui a reçu une avalanche de menaces de mort, d’appels au viol et d’injures pour avoir émis une appréciation critique sur l’islam, la délégation du Rassemblement national, à l’initiative de Jean-Paul Garraud, a proposé que le Parlement européen débatte en séance plénière de la liberté d’expression face à la montée du fondamentalisme religieux.

L’ajout de ce simple débat à l’ordre du jour de Strasbourg a été refusé par 278 députés européens sur 362 présents en séance. Parmi eux figurent des élus français des partis LREM, Les Républicains, Parti socialiste, la France Insoumise et Europe Écologie.

Ce vote illustre, une fois de plus, l’incohérence intellectuelle et la lâcheté morale de ceux qui se soumettent complaisamment à un politiquement correct teinté d’islamo-gauchisme. Pour eux, toujours prompts à dénoncer toute dérive homophobe, inégalitaire, discriminatoire, tout est critiquable, sauf l’islam.

En s’opposant à un simple débat, ils démontrent leur sectarisme et leur objectif: La création d’un délit de blasphème en Europe auquel nous nous opposons farouchement au nom du respect de la liberté d’expression.