La mise à l’arrêt de l’économie du fait du confinement a empêché nombre d’entreprises de travailler. Cependant, elles ont dû continuer à régler les coûts fixes de structure (charges, loyers…).

Aucun secteur n’est épargné. Lorsque l’activité reprendra, les entreprises devront faire face au cumul des charges courantes et du report de charges antérieures. Leur trésorerie sera exsangue du fait du règlement des coûts fixes alors que de nouveau il n’y a pas eu de recettes.

Dès le mois de mars 2020, notre groupe considérait que l’Etat devait assumer les conséquences de sa décision de mettre l’économie à l’arrêt.

Pour la première fois, le 15 janvier 2021, le Ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, prenait comme référence les coûts fixes pour accorder le soutien nécessaire aux entreprises en vue d’assurer leur pérennité et de conforter l’avenir lorsque viendra le moment de la reprise.

Le 21 janvier, nous avons demandé au ministre une application de ce critère pour l’ensemble des entreprises touchées directement ou par ricochet par les mesures de confinement.

A ce jour, aucune réponse ne nous a été apportée.

Préserver le tissu des TPE, PME et des indépendants est une nécessité vitale l’économie du pays.