Communiqué de Dominique Bilde 

 

La filière textile dans les Vosges comme ailleurs, va subir de plein fouet l’augmentation du prix des matières premières

Comme nous le défendions depuis de nombreuses années au Rassemblement National, souvent coupable d’avoir raison trop tôt, la réindustrialisation et le protectionnisme redeviennent à la mode.

En effet, la filière textile dans les Vosges a repris des couleurs et cela sans protectionnisme, car ce n’est toujours pas en vue dans les instances de l’Union européenne. En revanche, l’industrialisation est bel et bien là ! Exemple ce matin, édité dans les colonnes de Vosges Matin : les ateliers de confection « tissage de France ».

L’entreprise 1083, qui a fait le choix de la relocalisation, applique les solutions que nous avons si souvent défendues, comme l’économie circulaire, les circuits courts et le recyclage.

L’entreprise de Thomas Huriez a fait le choix du bon sens pour transformer son entreprise. La moderniser afin de la consolider et de la rendre plus résiliente, quels que soient le contexte international et les différentes tensions économiques.

Le recyclage fait partie des solutions qui permettent de répondre aux nouveaux enjeux mondiaux de la filière. Sachant que 2,6 milliards d’articles de mode sont vendus chaque année en France et que l’équivalent de 38 % de ce montant est collecté par des centres de récupération, c’est plus de 239 000 tonnes de matière collectées ! De quoi approvisionner en tissu toute la filière textile.

En plus de fournir de la matière première, le recyclage offre une démarche purement écologique puisqu’il est en concurrence avec la production de coton qui demande une fourniture en eau absolument colossale ! On parle de plus de 10 000 litres d’eau pour fabriquer un seul jean, sans parler des produits chimiques.

En défilochant les anciens jeans, Tissage de France n’est plus dépendante du coton produit en Tanzanie, on arrive donc au « 0 km ». Avec du matériel très moderne et automatisé, l’usine parvient à produire des jeans de qualité : 100% « made in France ». Cela lui donne l’autonomie dont chaque entreprise a besoin aujourd’hui.

Comme quoi, la réindustrialisation, le produire en France, c’est possible ! Il suffit de s’en donner les moyens. In fine, nos entreprises seront renforcées et beaucoup plus résilientes. Les Français resteront à la mode, quels que soient les tensions, le contexte économique ou autres crises.

Encore faudrait-il une pointe de volontarisme de la part des sages de Bruxelles, qui continuent d’accorder à des pays à bas coûts des avantages commerciaux exorbitants…