Communiqué de presse de Julien Odoul, Président du groupe Rassemblement National au Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, Membre du Bureau National

Le mouvement des Gilets jaunes est l’expression de la révolte du peuple central contre la tyrannie fiscale, le déclassement et la paupérisation. Pour une majorité de Français, le quotidien est aujourd’hui insoutenable du fait d’un matraquage de taxes et d’impôts sans précédent et de l’envolée des prix des produits de première nécessité. A rebours de la propagande gouvernementale qui argue sur l’amélioration du pouvoir d’achat depuis 2017, la réalité met en lumière des difficultés et des souffrances accrues pour nos compatriotes qui n’en peuvent plus.

En Bourgogne Franche-Comté, la crise sociale touche plus de 370 000 pauvres et 250 000 chômeurs. Dans notre région, comme partout dans la France rurale et périphérique, un agriculteur sur trois survit avec moins de 350 euros par mois, une personne sur cinq ne mange pas à sa faim et un habitant sur trois refuse de se soigner pour des raisons financières. Ce constat dramatique participe de la colère légitime des Gilets jaunes qui ne comprennent plus pour quoi et pour qui ils payent toujours plus d’impôts. Dans les territoires ruraux, chacun peut voir la disparition des services publics, des gendarmeries, des tribunaux, des bureaux de poste, la suppression des classes et des écoles dans les villages, les commerces qui mettent la clef sous la porte, les hôpitaux de proximité vidés de leurs services sur injonction de l’Agence régionale de santé. Mais où va l’argent ?

Depuis 2016, une partie des impôts levés par la Région Bourgogne Franche-Comté sert à alimenter la politique d’immigration de la présidente socialiste du Conseil régional, Marie-Guite Dufay, qui a consacré près de 3 millions d’euros pour financer l’installation, la formation et l’intégration des migrants dans nos territoires. Il est avéré aujourd’hui que ces budgets ne sont pas destinés à aider des « réfugiés » fuyant la guerre en Afrique ou au Proche-Orient mais bien à nourrir une politique de submersion massive d’immigrés économiques venus chez nous profiter d’une générosité dont sont privés nos compatriotes les plus modestes.

Dans un contexte critique, alors que les élites nationales et régionales refusent d’améliorer la vie des Français, le groupe Rassemblement National de Bourgogne Franche-Comté lance une grande campagne pour afficher le prix de la préférence étrangère mise en œuvre au détriment de notre peuple. Les élus, les cadres et les militants du RN-BFC distribueront un tract chiffré dans chaque département de la région pour informer et sensibiliser les habitants à qui on demande sans cesse de se serrer la ceinture et de faire de la place.

Les Bourguignons et les Francs-Comtois ne sont ni des pesteux bruns ni des lépreux populistes. Ils veulent simplement être prioritaires dans leur propre région et avoir le droit de vivre décemment.