Communiqué de Bruno Bilde,

député du Pas-de-Calais

 

Emmanuel Macron, candidat sortant à l’élection présidentielle encore non déclaré, a annoncé le lancement d’un « contrat engagement jeune » destiné aux moins de 25 ans sans formation ni emploi qui bénéficieront d’une allocation allant jusqu’à 500 euros par mois en échange de 15 à 20 heures de formation ou d’accompagnement par semaine. Alors qu’il ne s’est jamais intéressé à la formation et au chômage des jeunes depuis 2017, se contentant de leur jeter avec mépris qu’ils n’avaient qu’à traverser la rue pour trouver un boulot, le locataire de l’Elysée présente un dispositif attractif qui devrait être inauguré le 1er mars 2022 soit 40 jours à peine avant le 1er tour de l’élection présidentielle.

Annoncé comme un coup de pouce social, ce contrat engagement jeune s’apparente surtout à un gros coup de main électoral pour un président sortant en manque d’idées et de mesures concrètes pendant 4 ans. Ce quinquennat crépusculaire se termine par une avalanche de propositions juteuses et d’engagements financiers sans limites à toutes les clientèles de France et de Navarre : 1,5 milliard d’euros pour la rénovation des quartiers de Marseille, 600 millions d’euros pour indemniser les agriculteurs, l’indemnité inflation de 100 euros pour les ménages modestes, 300 millions d’euros pour les Harkis, 900 millions d’euros pour les hôpitaux de Bourgogne Franche-Comté…

Cet activisme de dernière minute, très orienté et très calculé, révèle la fébrilité du candidat Macron prêt à toutes les manœuvres pour faire oublier son bilan effroyable sur les plans économique, social, migratoire, sécuritaire et sanitaire.