Communiqué de presse de Ludovic PAJOT, député du Pas-de-Calais

Les agriculteurs se mobilisent aujourd’hui devant les préfectures pour envoyer un signal d’alarme à l’Exécutif qui reste sourd depuis bien trop longtemps aux légitimes cris de détresse d’un secteur professionnel qui souffre.

A l’approche de l’ouverture des négociations commerciales, les agriculteurs s’inquiètent légitimement sur le déséquilibre qui continue d’exister entre le monde agricole d’un côté et les industriels de la grande distribution de l’autre. Plus d’un an après le vote de la loi Egalim sur l’agriculture et l’alimentation, la situation n’a pas évolué, pire elle tend à se détériorer encore davantage. Les prix fixés aujourd’hui ne permettent pas aux éleveurs et agriculteurs de vivre décemment de leur activité pourtant essentielle tant pour notre économie que pour la qualité de notre nutrition. Cette situation débouche sur des drames, lorsque l’on sait que deux agriculteurs se suicident par jour pour mettre fin à une situation devenue bien souvent intenable.

Sentiment d’abandon des pouvoirs publics, attaques de militants antispécistes de plus en plus violentes, surtranspositions de règlementations européennes, vote d’accords de libre-échange type CETA ou Mercosur accentuant le phénomène de concurrence déloyale, la situation n’est plus supportable pour les agriculteurs. Nous demandons instamment à l’Exécutif d’ouvrir une grande concertation avec le monde agricole et d’annoncer des mesures fortes pour enfin protéger des femmes et des hommes qui se battent chaque jour pour vivre dignement des fruits de leur métier.