Communiqué de Sébastien Chenu, député du Nord

La grande majorité des acteurs du secteur de l’hôtellerie restauration et du tourisme ne pourront pas reprendre une activité normale avant de très longs mois. Si rien n’est fait, de nombreuses petites entreprises ne survivront pas à ce choc inédit. Seul un plan de relance ambitieux permettra de sauver nos restaurants et nos hôtels. Pourtant, le Gouvernement n’a fixé aucune date de réouverture de ces commerces ni présenté de mesures de soutien spécifiques. C’est en s’appuyant sur les propositions des acteurs économiques locaux que nous développerons un plan de relance efficace et adapté aux spécificités du secteur.

L’État, les collectivités locales et les assureurs doivent mener dès maintenant des actions concertées. Le report des charges ou leur annulation sur la période du confinement est insuffisant. Seule la suppression de l’ensemble des charges sur la période 15 mars au 31 décembre 2020 permettra de soulager les trésoreries exsangues. Il est d’autre part nécessaire de maintenir les mesures prises en faveur de l’activité partielle jusqu’au 15 mars 2021. Les collectivités locales devront s’associer à cet effort en exemptant les entreprises de l’hôtellerie restauration et du tourisme du paiement des taxes et des impôts locaux pour l’année 2020. Aux assureurs d’assumer leur rôle en prenant en charge tout ou partie de la perte d’exploitation des entreprises dans le cadre d’un fonds spécial. En complément, un état de catastrophe sanitaire pourrait être reconnu juridiquement dans les futurs contrats d’assurance.

La situation particulièrement fragile des entreprises de l’hôtellerie restauration et du tourisme ne permet pas de tergiverser davantage. J’appelle le Gouvernement à solliciter les collectivités locales et les assureurs et présenter dans les plus brefs délais un plan de relance ambitieux pour sauver nos hôtels et nos restaurants.