Communiqué de Marine Le Pen,

Candidate à l’élection présidentielle 

 

A l’issue de la COP 26, les engagements pris mèneront, selon l’ONU, à un réchauffement de 2,7 °C à la fin du siècle par rapport à l’ère préindustrielle, loin de l’objectif de 1,5-2°C.
En réalité, les COP se succèdent et échouent depuis les années 1990, car les gouvernements successifs ont utilisé le climat pour taxer les peuples au lieu de remettre en cause les tabous qui sont à la fois les vraies causes du réchauffement climatique, mais aussi de l’appauvrissement des économies occidentales comme la France :
Le tabou du mondialisme et du libre-échange, système absurde qui organise à l’échelle mondiale des productions, favorisant le moins-disant social, sanitaire et environnemental.

Le tabou du contrôle de la démographie, notamment à travers l’éducation et l’émancipation des femmes qui était pourtant au cœur du « rapport Meadows », première étude internationale de référence sur le développement durable.

Le tabou technologique, refusant de voir que nos sociétés ont pris un retard considérable dans le développement de solutions capables d’assurer la croissance économique, le bien-être des peuples et la durabilité écologique.

Plutôt que prendre des engagements illusoires sur 2050 ou 2070, les gouvernements devraient lancer des coopérations technologiques de rupture. A ce titre, le projet ITER de fusion nucléaire dispose de budgets ridicules par rapport aux enjeux.

Faute de s’attaquer à ces tabous, Emmanuel Macron met en place une écologie punitive, en particulier les taxes sur le carburant, le fioul ou le gaz qui appauvrissent les Français.
A la COP26, il a promis 7 milliards d’euros par an pour aider le monde entier, somme qui serait bien plus utile pour investir en France.
Seul le projet que je porte permettra un vrai développement durable, fondé sur le localisme, la relocalisation des activités industrielles et agricoles, des choix technologiques audacieux comme le nucléaire de 4ème génération et l’hydrogène que je défends depuis plus de dix ans.