Le Rassemblement National vient d’apprendre avec une profonde tristesse et une vive émotion la disparition de Thérèse Aliot.

Cette militante exemplaire et infatigable, dont chacun louait la générosité, la disponibilité et cette bonne humeur communicante, fut de tous les combats patriotes.

Déléguée départementale de l’Ariège pendant plus de dix ans, candidate à de très nombreux scrutins, elle avait cette fibre militante qui forçait le respect et l’admiration de tous ceux qui l’ont côtoyée et suiviependant toutes ces années.

Je perds quant à moi une femme de cœur et une amie sincère, pour laquelle j’éprouvais une très vive et très profonde affection.

Je n’oublierai pas la femme qu’elle fut, qui évoquait avec force et émotion son passé, son histoire et ses blessures communes à tous ceux qui ont dû quitter l’Algérie dans des conditions éprouvantes et pour lesquels la France n’était et ne sera jamais une cause perdue.

A Louis, à sa famille et à ses proches, le Rassemblement National adresse ses plus sincères et amicales condoléances.