Communiqué de presse de Ludovic Pajot, député du Pas-de-Calais, sur les prix du lait

Le groupe Lactalis vient d’annoncer aux éleveurs et producteurs rassemblés au sein de l’Organisation des producteurs de lait Grand Ouest (OPLGO) une baisse pour le second semestre 2020 du prix du lait devant leur être payé.

Alors que le prix du lait payé sur les cinq premiers mois de l’année est de quelques euros supérieur à celui de 2019, l’annonce brutale par les représentants du groupe Lactalis d’une baisse imminente du prix du lait résonne comme un nouveau coup fatal porté à nos éleveurs et producteurs laitiers, tout particulièrement aux 1300 agriculteurs regroupés au sein de l’OPLGO. Lorsque l’on sait a fortiori que Lactalis, premier groupe laitier mondial, a généré un chiffre d’affaires de près de 20 milliards d’euros en 2019, cette décision paraît d’autant plus injuste et incompréhensible. Avec un prix payé en mai et juin de seulement 315 euros la tonne, nos producteurs ne peuvent faire face à leurs charges et ne sont donc pas en situation de vivre dignement de leur travail.

La crise sanitaire à laquelle notre pays a été confronté et qui n’est d’ailleurs pas terminée a mis en lumière, si besoin était, le rôle essentiel joué par nos agriculteurs et producteurs français : une belle et noble mission de nourrir nos compatriotes avec des circuits courts garantissant une qualité des produits. En raison des volontés de marges toujours plus importantes des intermédiaires et de la grande distribution, nos producteurs laitiers sont en train de mourir progressivement.

Le monde de demain doit avant tout être celui de la solidarité, de la proximité, et de la promotion de l’excellence française. J’apporte mon soutien le plus total à nos producteurs de lait et continuerai à me battre pour défendre l’amélioration de leurs conditions de travail.