Communiqué de presse de Jean-Paul GARRAUD
Député français au Parlement européen
Président de l’Association Professionnelle des Magistrats

 

Alors qu’E. Macron et son ministre de l’Intérieur affichent leur soutien aux forces de police dans les médias, les députés européens LREM ont pourtant voté, le 5 octobre, un rapport fustigeant l’action de la police et de la justice.

En effet, ce texte intitulé « L’intelligence artificielle en droit pénal et son utilisation par les autorités policières et judiciaires dans les affaires pénales » instrumentalise l’affaire Georges Floyd et des « exemples du racisme des forces de police » pour appeler à la mise en place de plans d’action nationaux contre le racisme dans la police et la justice.

Outre cette grave accusation contre nos forces de l’ordre, cette initiative législative fustige cette technologie d’intelligence artificielle qui « perpétue et amplifie les discriminations existantes », en particulier pour les personnes « racialisées », les personnes « appartenant à certaines communautés ethniques et les LGBTI ».

Si des précautions sont évidemment nécessaires pour encadrer l’utilisation de l’intelligence artificielle, le but de ce rapport n’est pas celui-ci, mais bien de promouvoir une vision très négative à l’encontre des forces de l’ordre et de minimiser les conséquences de l’immigration sur la sécurité des Européens.