Communiqué de presse de Michel Guiniot, Membre du Bureau Politique, Délégué National aux collectivités territoriales

On apprend aujourd’hui par la presse que les membres du bureau du Conseil Économique, Social et Environnemental Régional de Picardie se sont réunis hier pour la première fois avec leurs homologues du Nord-Pas-de-Calais.

Cette réunion des CESER des deux régions, victimes d’un mariage forcé par le gouvernement socialiste de M. Valls et F. Hollande, avait pour objectif : « d’analyser les atouts des deux régions et les synergies possibles plutôt que ce qui nous divise» a déclaré le Président du CESER du Nord-Pas-de-Calais, Laurent Degroote.

En résumé, il est donc préférable de voir ce qui pourrait fonctionner plutôt que d’aborder les réels problèmes, assez nombreux, qu’apportera cette fusion obligée de deux régions, à commencer ne serait-ce que par sa mise en place…

Ce type de réunion devrait être organisé par les Conseils régionaux eux-mêmes puisqu’ils sont les premiers concernés par cette réforme inutile et non pas par les CESER, qui n’ont aucune légitimité populaire et citoyenne, puisque leurs membres sont nommés et non élus mais tout de même rétribués par les contribuables.

Pour finir, les CESER de Picardie et du Nord-Pas-de-Calais indiquent qu’ils n’ont pas encore pris position sur ce projet de fusion. Cependant, cette rencontre et celles à venir transforment leur position sur la fusion en un secret de polichinelle.

Les élus du Front National demandent que ces initiatives ne puissent plus être prises sans le consentement des Conseillers régionaux qui sont les seuls représentants du peuple puisqu’eux sont élus au suffrage universel direct et avant même que cette fusion ne soit légalement et définitivement actée.