Communiqué de David Rachline,

Maire de Fréjus, vice-président du Rassemblement National

 

J’ai pris connaissance avec stupeur de l’autorisation donnée par le Maire de Grenoble d’autoriser le burkini dans les piscines de sa commune.

S’il n’est pas dans mes habitudes de commenter des décisions prises par d’autres Maires, je ne peux ni comprendre ni partager de telles dérives qui vont à l’encontre de notre principe républicain fondamental de laïcité. L’autorisation expresse du burkini, n’est ni plus ni moins qu’une provocation électoraliste à ressort communautariste, mise en œuvre par la gauche radicale qui joue avec le feu dans un pays meurtri par le terrorisme et menace, par le symbole que représente ce vêtement, d’ailleurs interdit dans nombre de pays musulmans, la cohésion même de notre société, déjà mise à mal par 5 ans de macronisme.

J’y vois là une complaisance coupable avec l’islamisme radical, à des fins électoralistes et au mépris de la cohésion nationale.

Nous savons malheureusement, pour l’avoir constaté, comment les choses fonctionnent : l’islamisme politique se servira de ce qu’il considère comme une victoire pour tenter de l’imposer partout, avant de demander encore et toujours davantage de dérogations à nos principes républicains et aux droits fondamentaux des femmes.

A Fréjus, les règlements de nos piscines d’une part, de la baignade sur nos plages d’autre part, imposent de respecter un ensemble de règles d’hygiène et de sécurité qui ne permettent pas le port du burkini.

Pour autant, et afin que les choses soient clairement affirmées, j’ai décidé, en tant que Maire de Fréjus, garant de l’hygiène comme de la sécurité publiques, de modifier les arrêtés correspondants pour y préciser explicitement l’interdiction du burkini.

A Fréjus, comme partout en France, nous devons avoir le courage de nous opposer fermement aux dérives islamistes malheureusement encouragées par certains pour de bas motifs électoralistes, au détriment de nos valeurs.