Le 8 octobre 2020, en pleine crise de l’aéronautique, Florence Parly, ministre des Armées, visitait le site Sabena Technics près de Dinard. Il s’agissait de rassurer les salariés sur leur avenir en annonçant soutien et commandes publiques anticipées.

Six mois plus tard, la Direction générale de la maintenance aéronautique du ministère des Armées vient d’écarter cette entreprise très performante de l’entretien des avions Falcon de surveillance maritime de la Marine nationale, au profit d’un groupe suisse à capitaux américains pour les dix prochaines années !

Les sites de Mérignac (Nouvelle Aquitaine) et de Dinard (Bretagne) sont particulièrement touchés par cette décision totalement inacceptable. En effet, plus d’un millier de salariés seraient concernés, soit plus d’un tiers de l’effectif de l’entreprise, sans compter les sous-traitants, et cela jusqu’à l’aéroport de Dinard, puisque son maintien par les pouvoirs publics est en effet lié aux activités industrielles qui s’y déroulent.

Le gouvernement a lâchement cédé devant des intérêts étrangers. Le patriotisme économique doit primer dans toutes les commandes de l’État, surtout lorsqu’elles concernent le domaine militaire et de la défense.

Seule Marine Le Pen a le courage de privilégier la défense de nos emplois et de nos industries nationales, d’abord !