Mesdames et Messieurs les garants du grand débat national,

Lors de la Commission permanente du 15 février dernier, l’exécutif du Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté a présenté et fait voter une délibération visant à payer les participants à une journée citoyenne sur le thème des mobilités rurales, organisée dans le cadre du grand débat national.

Comme le précise le rapport, la Région s’engage à indemniser à hauteur de 70 euros par personne, deux groupes de 50 « citoyens » réunis samedi 2 mars 2019 en simultané à Amblans-et-Velotte, en Haute-Saône et à Corbigny, dans la Nièvre. Les frais de déplacement du panel seront également remboursés par la collectivité. Sur la page facebook du Conseil régional, on apprend que sur les 100 « citoyens » participant aux deux ateliers, 50 seront tirés au sort et 50 seront issus du volontariat.

Le paiement de participants semble entrer en totale contradiction avec la déontologie et l’esprit du grand débat national qui se veut être un grand moment civique, participatif et indépendant. En effet, comment apprécier la liberté et la sincérité des avis formulés lors de cette journée, si les intervenants sont redevables de la Région organisatrice ? Comment s’assurer de l’impartialité des contributions dans ce cadre contractuel ?

Au-delà de ces questions fondamentales, ce précédent risquerait d’instaurer une grave discrimination entre les acteurs rémunérés et l’ensemble des contributeurs des 6000 réunions locales déjà référencées qui font vivre le débat de manière désintéressée partout en France.

Mesdames et Messieurs les garants du grand débat national, vous êtes chargés d’assurer l’impartialité et la transparence de cette démarche inédite. Vous avez la responsabilité d’intervenir pour prévenir et empêcher toute instrumentalisation du grand débat national à des fins clientélistes.

Je vous prie d’agréer, Mesdames et Messieurs les garants du grand débat national, l’expression de mon profond respect.