Alors que la lutte contre le « séparatisme » est une priorité du gouvernement, la Ministre de la Culture approuve-t-elle la politique ouvertement communautariste de Delphine Ernotte à la tête de France Télévisions ?

Madame la Ministre,

Reconduite pour un deuxième mandat à la tête de France Télévisions il y a quelques mois, Delphine Ernotte multiplie les déclarations qui interrogent sur son action menée au sein du groupe.

Dans un entretien accordé au journal Le Monde cette semaine, Madame Ernotte évoque ses objectifs pour l’année 2021 en matière de « diversité », terme issu d’un jargon anglo-saxon derrière lequel se trouvent généralement des considérations ethniques que l’on tente de dissimuler.

Mais la présidente de France Télévisions ne s’encombre pas de périphrases : son objectif et même « fil rouge » de son mandat est d’engager un « rattrapage » en termes de « personnes perçues comme non blanches » sur le service public audiovisuel. Delphine Ernotte avait déjà préparé le terrain en 2015 lorsqu’elle déclarait notamment : « On a une télévision d’hommes blancs de plus de 50 ans, et ça, il va falloir que cela change », déclenchant à juste titre une polémique. Allant plus loin, elle affirme s’inspirer directement des États-Unis en refusant de financer des projets où la « diversité » ne serait pas strictement respectée et en adoptant une politique de recrutement reposant sur des critères explicitement ethniques.

Cette orientation a été encouragée par le CSA, à l’origine de sa nomination, dans sa décision du 22 juillet 2020 : « Il [le CSA] a pris acte de la volonté de s’adresser à tous les Français et de les représenter dans la richesse de leur diversité, en prenant en compte l’ensemble des territoires, et de constituer des équipes qui reposent sur un principe de parité et de diversité »…

L’une des priorités affichées du gouvernement, engagée il y a peu par le président de la République, est de lutter contre le « séparatisme » à l’œuvre en France. Le communautarisme ronge et divise gravement la société française, en se surajoutant à la crise sanitaire et économique. Dans ce contexte de tensions majeures, considérez-vous qu’il soit judicieux que le service public valide, applique et promeuve une telle vision racialiste de la société qui participe activement à diviser le peuple français ?

Ne faudrait-il pas plutôt donner leur place à l’antenne à ceux qui le méritent, sur la seule base de leurs qualités, sans égard pour leur couleur de peau et sans comptabilité ethnique qui fait frémir tout Français attaché à nos valeurs ?

En espérant pouvoir compter sur votre attachement à nos principes républicains, à l’unité de notre pays et à votre action pour les servir, je vous prie d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de mes sentiments respectueux.