M. Ludovic Pajot attire l’attention de M. le ministre de l’économie et des finances sur la nouvelle hausse du prix des carburants. Depuis plusieurs mois, les Français sont confrontés à une hausse constante et croissante des prix de l’essence et de l’ensemble des carburants. À titre d’exemple, la moyenne du litre de sans-plomb 95 tutoyait fin avril 2019 les 1,58 euro, le diesel étant lui à 1,48 euro, correspondant à une hausse de près de 17 centimes d’euros. Cette hausse atteint donc son niveau record notamment depuis octobre 2018. L’augmentation des prix à la pompe est en grande partie due à la grande distribution, aux compagnies pétrolières et aux producteurs de pétrole. Mais le contexte géopolitique mondial tendu et la faiblesse de l’euro face au dollar ne jouent que pour un tiers du prix. Les deux autres tiers sont constitués de taxes : TVA et TICPE, représentant pour l’État près de 34 milliards d’euros par an. Il existe donc un levier du ressort direct du Gouvernement pour atténuer la pression fiscale. Il lui demande donc de bien vouloir lui indiquer les mesures qu’il compte mettre en œuvre pour atténuer le coût économique de la hausse des prix du carburant pour les Français contraints d’utiliser chaque jour leur voiture.