Question écrite de Bruno Bilde, député du Pas-de-Calais, à Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, sur les débordements intolérables survenus après le match de l’Algérie

M. Bruno Bilde interroge M. le ministre de l’Intérieur sur les débordements, dégradations et violences survenus dans la soirée du dimanche 7 juillet à l’issue de la qualification de l’Algérie pour les quarts de finale de la Coupe d’Afrique des Nations de football.

En effet, comme après chaque match de l’équipe algérienne, un grand nombre de ses « supporters » présents en France ont profité de la liesse pour descendre dans les rues et manifester ostensiblement, bruyamment et illégalement, leur attachement à leur « pays » d’origine et leur hostilité vis-à-vis du nôtre.

Ainsi, à Paris, des centaines de personnes, drapeau vert et blanc à la main, ont envahi la Place de l’Etoile pour y lancer un feu d’artifice improvisé au milieu d’un concert de klaxons. Le rassemblement a ensuite dégénéré et les forces de l’ordre ont dû intervenir jusqu’à deux heures du matin avec des gaz lacrymogènes pour évacuer les lieux. Les CRS ont essuyé des jets de projectiles et le mobilier urbain des Champs-Elysées a subi de nombreuses dégradations. Des scènes similaires se sont déroulées dans plusieurs villes de France, notamment à Lyon, Marseille et Roubaix.
Ces débordements récurrents sont les symptômes criants de l’échec patent des politiques d’intégration des gouvernements qui se sont succédé depuis 30 ans. En effet, chaque match des « Fennecs », depuis le tristement célèbre fiasco du France-Algérie du 6 octobre 2001 au cours duquel la pelouse du Stade de France avait été envahie par les supporters de l’Algérie en France, sert de prétexte à une certaine jeunesse pour défier la République et revendiquer une allégeance à un pays étranger. Il serait naïf de considérer l’exhibition massive de drapeaux algériens comme l’expression d’une joie exclusivement sportive. Il s’agit en vérité d’un geste politique à la symbolique forte qui exprime un message clair et préoccupant : « nous vivons en France, mais nous sommes Algériens ».

En refusant de réguler l’immigration massive, en renonçant à exiger l’assimilation des immigrés, en fermant les yeux devant l’avancée et l’enracinement du communautarisme, les pouvoirs publics français sont les premiers responsables de ces dérives. Corriger 30 ans de laxisme et de fuite en avant prendra du temps et nécessitera un volontarisme sans faille de tous les services de l’Etat. Mais des mesures simples et de bon sens peuvent être prises immédiatement pour éviter la communautarisation de l’espace public lors d’événements de cette nature.

Pourquoi le gouvernement français ne prend-il pas modèle sur l’Etat algérien qui a interdit la présence d’autres drapeaux que l’emblème national dans les manifestations ?

Quels moyens spécifiques compte déployer le ministère de l’Intérieur pour assurer la sécurité et la tranquillité jeudi 11 juillet après le match opposant l’Algérie à la Côte-d’Ivoire ?