Question écrite de Bruno Bilde, député du Pas-de-Calais, au Premier ministre, sur le combat contre l’hydre islamiste

M. Bruno Bilde interroge M. le Premier ministre sur l’action du gouvernement en matière de lutte contre le terrorisme islamiste.
Mardi 8 octobre, Emmanuel Macron a rendu l’hommage de la Nation aux quatre policiers tombés lors de l’attentat qui a endeuillé la Préfecture de police jeudi 3 octobre dernier : Aurélia Trifiro, Brice Le Mescam, Anthony Lancelot, Damien Ernest. Le discours offensif du chef de l’Etat fut dépourvu de la moindre ambiguïté et de la moindre faiblesse en ciblant explicitement l’ennemi : « Vos collègues sont tombés sous les coups d’un islam dévoyé et porteur de mort qu’il nous revient d’éradiquer. »

La détermination du président de la République fut exprimée à plusieurs reprises : « Face au terrorisme islamiste nous mènerons le combat sans relâche. » « Attaquer la racine, le terreau sur lequel prospère le terrorisme islamiste et ses vocations mortifères est tout aussi vital. « Nous ne l’emporterons que si notre pays qui est venu à bout de tant et tant d’épreuves dans l’histoire se lève pour lutter contre cet islamisme souterrain qui corrompt les enfants de France. » « Faisons bloc sans relâche, contre l’islamisme, contre ces idéologies mortifères qui ne reconnaissent ni nos lois ni notre Droit ni notre façon de vivre. »

Pétris de vérité et de lucidité, les mots présidentiels sont malheureusement et tragiquement bien tardifs. En avril 2017, au lendemain de l’attentat islamiste sur les Champs Elysées qui avait entraîné la mort du policier Xavier Jugelé, le candidat Macron avait déclaré qu’il n’allait pas inventer un programme de lutte contre le terrorisme dans la nuit. Dans la droite ligne tracée par ses prédécesseurs de gauche et de droite qui ont toujours refusé de qualifier le mal et par conséquent de le combattre, Emmanuel Macron a traité le danger du fondamentalisme islamiste par le mépris et la lâcheté.

Pourtant, dès mars 2012 et les tueries perpétrées par Mohammed Merah à Toulouse et Montauban, Marine le Pen alertait publiquement notre peuple et mettait en garde les pouvoirs publics : « La montée de l’islam radical a été minimisée par faiblesse ou pas électoralisme. Il va falloir s’y attaquer, tous les Français, musulmans, juifs, chrétiens, pour pointer du doigt et anéantir ceux qui apportent la haine et la mort et qui cherchent à imposer des règles et des lois qui ne sont pas les nôtres. » Que de temps perdu depuis cette annonce responsable ! Que d’aveuglement ! Que de passivité !
7 ans plus tard et 262 morts, la France est toujours vulnérable parce que les gouvernements successifs n’ont toujours pas osé déclarer la guerre totale à l’islamisme. Le verbe belliqueux inédit d’Emmanuel Macron doit désormais être suivi d’une résolution sans faille et d’une politique globale pour mettre un terme aux enclaves islamistes dans notre pays, expulser les imams radicaux, nettoyer nos services publics, reconquérir chaque quartier perdu de la République.
Qu’attendez-vous pour commencer à agir en fermant les 152 mosquées salafistes qui constituent autant de casernes pour les ennemis de la France ?