Question écrite de Bruno Bilde, député du Pas-de-Calais, à Franck Riester, ministre de la culture, sur la haine anti-flics de la chanteuse Camelia Jordana diffusée sur le service public

M. Bruno Bilde interroge M. le ministre de la culture sur les très graves déclarations de la chanteuse Camelia Jordana lors de l’émission « On n’est pas couché » diffusée sur France 2 le samedi 23 mai dernier.

En effet, sur le plateau de Laurent Ruquier, Camelia Jordana a insulté violemment et explicitement nos forces de l’ordre en les assimilant, ni plus ni moins, à des barbares racistes :

« Je parle des hommes et des femmes qui vont travailler tous les matins en banlieue et qui se font massacrer pour nulle autre raison que leur couleur de peau, c’est un fait ».

« Il y a des milliers de personnes qui ne se sentent pas en sécurité face à un flic, et j’en fais partie. Aujourd’hui, j’ai les cheveux défrisés, quand j’ai les cheveux frisés, je ne me sens pas en sécurité face à un flic en France. »

Ces propos aussi scandaleux que délirants ont ému l’opinion publique et choqué de très nombreux Français au premier rang desquels les femmes et les hommes qui s’engagent au quotidien avec courage et dévouement pour assurer notre sécurité sous l’uniforme de la République. Au-delà du caractère dangereux des fantasmes de Madame Camélia Jordana Aliouane qui alimentent la détestation des policiers et par ricochet justifient les violences commises à leur encontre, cette polémique vient relancer le débat sur la qualité et la légitimité du service public de l’audiovisuel.

En effet, cette chanteuse a pu déverser tranquillement sur une chaine du service public, à une heure de grande écoute, un torrent de haine anti-flics en appuyant ses affirmations sur des fausses informations et des mensonges éhontés. Le plus choquant réside dans l’absence manifeste de contradiction et dans le laxisme complaisant du futur-ex présentateur Laurent Ruquier.

Ce n’est pas la première fois que France Télévision sélectionne ses émissions, ses sujets et ses invités en fonction d’orientations qui ne correspondent pas au devoir de neutralité d’un service public digne de ce nom. On se rappelle que le même Laurent Ruquier avait déprogrammé Eric Zemmour de son émission du 20 octobre 2018 ou que France 5 avait annulé Michel Onfray le 8 octobre 2018.

Pourquoi les Français continueraient-ils à payer leur redevance si le service public n’est plus en capacité de garantir le pluralisme de l’information, la diversité des débats et une représentation équitable de toutes les opinions et courants de pensée qui traversent la société française ?