Monsieur le Président, Monsieur le Président du CESER, chers Collègues,

Le 14 décembre dernier, lors de la session consacrée au D.O.B., je m’interrogeais sur les raisons qui vous ont poussé à retarder l’ouverture de la semaine budgétaire.

Ces raisons, vous ne nous en n’avez pas fait part, mais, en tous cas, le choix du lundi 28 janvier pour ouvrir les débats consacrés au budget régional 2013 restera comme un mauvais choix, puisque l’annonce attendue de la direction de Goodyear interviendra aujourd’hui. Oui, cette semaine sera certainement une semaine noire pour notre région.

La présentation, avant même la lecture, des documents que vous avez fourni pour ce budget 2013, ressemble à s’y méprendre à un catalogue de pompes funèbres de chez Borgniol.

Ils ont eu ainsi au moins l’avantage de nous mettre dans l’ambiance, pour le cas où nous aurions oublié la gravissime situation dans laquelle se trouvent la Picardie et la France.

Oui, Monsieur le Président, cette semaine sera certainement et malheureusement une semaine de deuil pour le département de la Somme et pour la Picardie, et encore plus pour les 1.250 salariés de l’usine Goodyear d’Amiens. Goodyear, dont le chiffre d’affaires en 2011 était de 22 milliards de dollars avec un résultat net de 223 millions de dollars

Même si le pire n’est jamais certain, la probabilité de l’annonce de la fermeture de ce site industriel est si forte, que les fuites médiatiques de la semaine dernière ont été programmées pour préparer l’opinion publique à un séisme social, économique et humain que va subir une nouvelle fois la Picardie ainsi que les hommes, les femmes et leurs familles qui seront touchés par cette inhumaine décision.

L’excuse sera-t-elle celle de la compétitivité ou tout simplement la triste réalité des licenciements boursiers !

Qu’importe, le résultat sera le même pour ceux qui vont se retrouver sur le carreau et iront allonger la queue devant les bureaux de pôle emploi.

Remarquez, un peu de place leur a été certainement réservée, puisque les services de pôle emploi ont supprimé, purement et simplement, des statistiques un certain nombre de demandeurs d’emploi par le système des radiations.

24% de plus en 1 mois par rapport à la moyenne habituelle, soit 9.200 radiés de plus qu’en novembre !

Les vieilles combines sont celles qui marchent le mieux.

Pour les salariés de Goodyear, il est regrettable que M. Trink, le commissaire à la réindustrialisation pour la Picardie, nommé par Sarkozy en avril 2009 et qui devait sauver l’industrie sinistrée ait disparu corps et bien !

D’ailleurs, hormis être venu une seule fois dans cette assemblée, on ne l’a plus jamais revu ici ou ailleurs.

Au fait, combien nous a-t-il coûté ?

Qu’à cela ne tienne puisque le gouvernement PS prolonge l’action de feu le gouvernement UMP. Nous sommes sauvés !

L’inénarrable Ministre Montebourg a sorti de son chapeau, pour remplacer le commissaire à la réindustrialisation, le commissaire au redressement productif !

Nous avons échappé au commissaire politique au Kolkhoze !

Nous sommes donc sauvés, mais peut-être pas les ouvriers qui vont être licenciés !

Avec les socialistes tout augmente, les commissaires à la réindustrialisation étaient au nombre de 10, aujourd’hui les commissaires au redressement productif sont 22 !

Cela fait quand même 12 chômeurs de moins !

J’espère que M. Montebourg va venir sur place car je ne pense pas que François Hollande reviendra chez Goodyear, pour parler de son action pour limiter le chômage.

Action ministérielle notamment, en faveur de l’emploi… au Maroc et en Turquie, avec les délocalisations des centres d’appels du syndicat des transports d’Ile-de-France, le traitement des rapports médicaux de l’hôpital de Calais au Maroc !

Il expliquera aussi les raisons du prêt de 100 millions d’euros destinés à l’installation de centres d’appels délocalisés au Maroc.

Sans oublier le projet d’installation d’usines Renault et de raffineries Total sur le territoire Turc !

Alors de grâce, que l’on ne nous dise plus que la mondialisation est seule responsable de nos malheurs.

Les gouvernements d’hier et d’aujourd’hui portent une très lourde responsabilité au regard de ce que les Français doivent supporter aujourd’hui !

Et notamment l’accroissement de la dette régionale par habitants qui est passée de 67,70 euros par habitant en 2006 à 304,46 euros aujourd’hui !

Nous vous parlerons un peu plus tard de l’ARS, du Canal Seine Nord de la télévision régionale, de la coopération internationale, de la culture,…