Communiqué d’André Rougé, député européen, délégué national à l’Outre – mer du Rassemblement National :

En Commission du développement régional (REGI) du Parlement européen, le député André Rougé, Délégué national à l’Outre-mer, lors d’un échange avec la Commissaire Ferreira, en charge de la Cohésion et des Réformes, a rappelé que l’Europe continentale n’est pas la seule à avoir subi des catastrophes naturelles ces dernières semaines.

Prenant comme exemple la destruction partielle de l’axe Saint-Laurent du Maroni-Cayenne en Guyane, les coulées de boue d’Acoua (Mayotte), ou les fortes intempéries dans le sud de l’île de la Réunion et aux Antilles, il a surtout répété une fois de plus qu’un tiers des Français de Guadeloupe et de Martinique n’a pas accès à l’eau courante.

En ce début de XXIe siècle, et alors que nos compatriotes antillais confrontés à une épidémie de COVID des plus mortifères, ont plus que jamais besoin d’effectuer les “gestes barrières”, ce manquement de l’État à son premier devoir de protection des personnes et des biens constitue un scandale sanitaire de plus aux Antilles.

André Rougé s’est donc tourné vers l’Union européenne pour que l’état de catastrophe naturelle soit déclaré, sur ce sujet primordial pour la santé de ces citoyens français du large.

Jusqu’à présent, le Gouvernement français s’est retranché derrière des arguties juridiques spécieuses pour ne proposer qu’un plan ORSEC toujours pas entré en vigueur. Il a également réclamé que la situation particulière des Régions ultrapériphériques françaises, plus sujettes aux catastrophes naturelles, soit mieux prise en compte par la Commission européenne. Alors même que le FEDER (Fonds européen de développement régional) est en forte diminution de plus de 3 milliards d’euros pour les cinq prochaines années, et cela au profit des migrants.

” Que comptez-vous faire ? ” a-t-il demandé à la commissaire qui a préféré esquiver la question !