Communiqué de presse de Wallerand de Saint Just, Président du groupe RN-IDF

Ile-de-France Mobilités (Le syndicat des transports en Île-de-France) soumettra demain mardi 12 décembre au vote de son conseil d’administration une délibération accordant une indemnisation aux clandestins ayant acquis des forfaits de transports en commun plein tarif alors qu’ils étaient éligibles à un tarif réduit.

Au printemps 2018, la Cour administrative d’appel a annulé la suppression de l’aide aux transports pour les clandestins bénéficiaires de l’Aide médicale d’Etat (AME). Mesure irresponsable qui reflète, outre sa dangerosité, l’importance du pouvoir idéologique et politique de certains juges en France. Suite à cette décision, le Conseil d’administration d’Ile-de-France Mobilités, présidé par Valérie Pécresse, avait alors décidé d’accorder une réduction de 50% sur les titres de transports pour les clandestins. Notre groupe du Rassemblement National s’y était vigoureusement opposé.

Les Franciliens apprécieront certainement la mesure, eux qui paieront désormais deux fois : une première fois leur titre de transport, une seconde fois celui des clandestins. Par quelle logique la « justice » de notre pays accorde-t-elle les mêmes droits aux illégaux qu’aux légaux ? S’agirait-il de ne pas être en règle pour l’être ?

Cette absurdité juridique et politique revient de surcroît à creuser le déficit de nos finances publiques de près de 30 millions d’euros, sans compter la baisse des recettes liée à l’offre tarifaire à hauteur de plusieurs millions d’euros également.

Dans un secteur où les besoins d’investissements sont plus que nécessaires au regard de l’état du réseau régional, il nous paraît scandaleux d’accorder de tels privilèges à une centaine de milliers d’individus pourtant en infraction grave sur notre territoire.

Audrey Guibert, conseillère régionale RN-IDF et membre du conseil d’administration d’Ile-de-France mobilités, déposera demain un amendement s’opposant de manière ferme à cette mesure.