Communiqué de presse de Loup Viallet (Collectif Mer et Francophonie)

Depuis quelques semaines il subsiste une interrogation sur la compétence de la Polynésie française concernant l’exploitation des terres rares et des nodules polymétalliques se trouvant dans la zone économique exclusive (ZEE) de la région. Le ministre des Outre-Mer George Pau-Langevin a fait savoir par un courrier au Président de la Polynésie française que cette exploitation n’était pas de la compétence de l’Etat du fait que “ni les terres rares, ni les nodules polymétalliques ne rentrent dans le champ des “matières premières stratégiques”.

Le ministre s’appuie sur une décision du Général de Gaulle qui en 1959 identifia les matières premières dites stratégiques, comme celles qui concernaient ses ambitions nucléaires. Aujourd’hui terres rares et nodules polymétalliques sont convoitées par les fabricants de produits de haute technologie, d’ordinateurs et de téléphones portables. Le Collectif Mer et Francophonie s’inquiète de voir ainsi, par une pirouette juridique, retiré à l’Etat la gestion d’une matière première essentielle dans de nombreuses industries à forte valeur ajoutée, les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), vectrices d’innovation.

Il faut revoir d’urgence la liste des matières premières stratégiques, de faire un inventaire des sites exploitables et de doter l’Etat d’une politique de gestion et d’exploitation des terres rares et des nodules polymétalliques, qui constituent des potentiels joyaux de notre domaine maritime.