Communiqué de presse du Rassemblement National

Les éleveurs de porc français ont moins profité de la hausse des cours du porc que leurs principaux concurrents européens, les Espagnols et les Allemands. Alors que cette hausse commence à s’estomper, ils protestent contre les industriels et la grande distribution qui refusent de rééquilibrer les prix en leur faveur. Une fois de plus, d’évidentes raisons conjoncturelles (ralentissement de la demande chinoise et anticipation du retour en force des USA sur ce même marché chinois) suffisent à une poignée d’acteurs de l’industrie et de la grande distribution pour maintenir la pression sur les producteurs. En France, c’est bien connu, les hausses de prix profitent à tous les acteurs, mais la baisse des cours est uniquement reportée sur les éleveurs !

La loi Egalim, censée rééquilibrer les relations commerciales en faveur des producteurs, n’a pour le moment pas eu les effets annoncés sur les revenus des agriculteurs. Dans le même temps, la hausse spectaculaire de la compétitivité de l’agriculture française, saluée par de nombreux commentateurs, s’est faite au prix de l’élimination pure et simple des acteurs les plus fragiles et par des efforts d’investissement importants et de limitation drastique des revenus dans les exploitations les plus dynamiques. Dans le porc, comme dans les autres filières d’élevage, il est urgent d’améliorer et surtout de stabiliser les revenus et les débouchés des producteurs. Si rien n’est fait, une très large majorité de chefs d’exploitation partiront à la retraite dans la décennie à venir sans trouver de repreneur.

Nous assisterons alors à un nouvel effondrement du nombre d’exploitations, doublé cette fois d’une chute importante de la production française, du fait de l’impossibilité de concentrer à l’infini les sites d’élevage dans notre pays et de trouver de nouveaux gains de compétitivité. Cette évolution achèverait de conforter les importations de produits alimentaires au détriment de l’emploi, de la santé et de l’environnement de nos concitoyens, tout en portant le coup de grâce à notre souveraineté alimentaire déjà très fragilisée.

Face au laxisme coupable d’un gouvernement toujours plus faible avec les forts et fort avec les faibles, le Rassemblement National réaffirme son soutien à l’ensemble des agriculteurs français, ainsi que son engagement à mener une politique à même de les protéger aussi bien des excès des industriels et des distributeurs, que de la concurrence des importations qui ne respectent pas nos normes.