Communiqué de Julie Lechanteux, Député européen du Groupe Identité & Démocratie

Taxe sur la liaison Nice-Corse : Christian Estrosi récidive !

 

À l’occasion des Assises de l’économie de la mer qui se sont achevées il y a quelques jours à Nice, Christian Estrosi a présenté son nouveau projet : une taxe de 60 euros par trajet et par véhicule personnel embarqué à bord des ferries, sur la liaison Nice-Corse.

Sous prétexte de faux-semblant écologiste, le maire de Nice toujours prompt à suivre le sens du vent médiatique, souhaite créer un nouvel impôt « vert », participant au racket organisé de la Métropole Nice Côte d’Azur dont il est le président et faisant suite à la création d’un impôt métropolitain en 2018, une première en France à l’époque.

En plus de pénaliser les familles et les plus modestes, qui sont les cibles préférées des mesures dîtes « écologiques », la nouvelle taxe annoncée nuira à la vitalité ainsi qu’à l’activité touristique de l’île de Beauté et de la Côte d’Azur.

Des taxes, encore des taxes et toujours plus de taxes : STOP !

Que Christian Estrosi cesse béatement de prendre conseil auprès de son ami Emmanuel Macron avec la création de taxes toujours plus nombreuses et iniques.

Les Niçois et les Corses tout comme l’ensemble de nos compatriotes en ont assez !

Si Christian Estrosi souhaite réellement s’attaquer à la pollution, qu’il s’attaque alors au vrai problème : le mondialisme. Qu’il cesse, lui et ses amis, de ratifier tous les traités qui précipitent des milliards de tonnes de déchets sur notre territoire et qui ont un impact colossal sur nos écosystèmes marins.

À l’opposé d’une écologie coercitive inefficace et idéologique qui ne fait plaisir qu’à quelques-uns, nous croyons au Rassemblement National à une écologie constructive au service de tous les Français, comme le principe du localisme.