Communiqué de presse de Ludovic Pajot, député du Pas-de-Calais

Chaque semaine apporte son nouveau lot d’actes de délinquance et de violences à l’encontre de nos forces de l’ordre. Dimanche dernier, des policiers de Grigny dans l’Essonne ont fait l’objet d’une attaque aux mortiers. L’un des agents a été brulé à l’avant-bras et souffre d’acouphènes, en complément de l’évident choc psychologique subi.

Trois ans après l’agression barbare à l’encontre de deux policiers à Viry-Châtillon, ce nouvel acte nous rappelle si besoin était l’enfer quotidien auquel sont confrontés les agents des forces de l’ordre. Nous ne nous résignerons jamais à être de simples spectateurs de cette violence de plus en plus intense commise par des délinquants pour lesquels plus aucune limite n’existe. Cette situation est la résultante du laxisme moral ambiant, de l’absence parfois de soutien des policiers en fonction par leur hiérarchie ainsi que de sanctions pénales trop faibles à l’encontre de délinquants violents multirécidivistes.

Déjà durement éprouvées par des cadences infernales et un sentiment de vulnérabilité toujours plus présent, nos forces de l’ordre doivent au contraire faire l’objet de toute l’attention des pouvoirs publics. Il est temps de faire appliquer le principe de tolérance zéro à l’égard de cette délinquance et d’assurer à nos policiers et gendarmes un soutien moral, physique et matériel plein et entier. Il en va de leur sécurité, et donc de celle de la société tout entière.