Communiqué de Jean-Paul Garraud, député français au Parlement européen

Les dirigeants de l’UE sont capables de faire preuve du pire cynisme par pure idéologie sans-frontiériste.

Alors que la Turquie encourage et aide les immigrés clandestins à franchir les frontières extérieures de l’Union européenne, les représentants de l’Union européenne se sont rendus en Grèce le mardi 3 mars pour déplorer la situation dont ils se sont pourtant rendus responsables en confiant à Erdogan la gestion des flux migratoires vers l’Europe à travers l’accord UE-Turquie de 2016.

En promettant dans l’urgence à la Grèce le versement de 700 millions d’euros dont la moitié immédiatement, l’envoi d’un navire, de deux patrouilleurs, de deux hélicoptères, d’un avion, de 100 gardes-frontières européens en plus des 530 déjà présents ainsi que du matériel de secours, la présidente de la Commission européenne tente désespérément de sauver la passoire de Schengen sous prétexte d’aider la Grèce.

En effet, si la frontière de la Grèce avec la Turquie saute, c’est l’espace de libre-circulation en Europe qui disparaîtra sous la pression des peuples refusant d’être envahis.

Le retour des contrôles aux frontières nationales en Europe et l’arrêt des négociations d’adhésion de la Turquie à qui l’UE a versé en tout 50 milliards d’euros s’imposent pour sauver l’Europe de la submersion migratoire !