Communiqué de presse de France Jamet, député français au Parlement européen

La Société Générale a annoncé une réorganisation de sa branche « banque de détail » qui entraînera la suppression de plus de 500 postes d’ici à 2023, alors même qu’un premier plan prévoyait déjà un plan social de 3 450 postes entre 2016 et 2020.

Les dirigeants de la banque de La Défense justifient la suppression de ces 4 000 emplois en France par un programme de digitalisation des outils et de dématérialisation des processus, ainsi délocalisés pour quelques dollars de l’heure en Inde. En d’autres termes, le souci permanent de rentabilité engage les entreprises dans une automatisation irraisonnée au détriment des relations humaines.

Ce sont les agences locales et donc les territoires ruraux qui seront les premiers à pâtir de ces « réorganisations ». Alors qu’elles sont souvent le seul moyen pour certains foyers, notamment les retraités, de gérer leur épargne, leur budget ou de retirer de l’argent.

Voilà où mène cette politique mondialiste organisée par Bruxelles, plus concernée par les intérêts de la finance et des lobbys que ceux du Peuple français.
Le Rassemblement National, comme les élus du Groupe Identité et Démocratie au Parlement européen, sont aux côtés de cette France périphérique qui se bat pour préserver ses emplois et son avenir.