La lecture du Journal Officiel du 25 mars 2021[1] (Article 4 du Décret n° 2021-309 du 24 mars 2021) nous apprend que le président de la République, sur le rapport du Premier ministre et après validation par le Conseil des ministres, a signé un décret nommant un représentant de l‘Union nationale des étudiants de France (UNEF) comme membre du Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) au titre de la cohésion sociale et territoriale et de la vie associative.

Quelques jours seulement après la fatwa lancée à l’IEP de Grenoble par la section locale de l’Unef, et après les propos scandaleux de sa présidente assumant l’organisation de réunions interdites aux blancs maquillées sous le vocable de « réunions en non-mixité », cette nomination souligne l’ambigüité d’Emmanuel Macron et du gouvernement dans sa lutte contre toutes les formes de séparatisme.

Cette reconnaissance, qui plus est au nom de la cohésion sociale, d’une organisation qui attise la haine et la violence met à mal l’unité nationale dont le président de la République devrait pourtant être le garant.
Le Rassemblement national demande dans les plus brefs délais l’annulation de cette nomination et la fin de toute subvention publique à cette organisation séparatiste.