Communiqué de Louis Aliot, député des Pyrénées-Orientales

Jadis fierté nationale, le système de santé français va mal. Publiée dimanche par France Assos Santé, une enquête BVA dévoile que 63 % des Français ont déjà renoncé ou reporté des soins. Les premières raisons sont financières : reste à charge trop important, impossibilité d’avancer les frais chez les jeunes et les petits revenus. Autres raisons moins classiques : des délais de rendez-vous trop longs, un manque de médecins dans certaines zones du territoire. Le délai d’obtention moyen d’un rendez-vous avec un dermatologue est ainsi de trois mois. Il faut une heure de trajet pour se rendre chez l’ophtalmologue quand on vit à la campagne. Et ne parlons pas des dépassements d’honoraires… Résultat ? Les urgences sont surchargées et les petites maladies annexes pullulent. À terme c’est la santé publique qui sera mise en danger.

Nous l’oublions, mais certaines villes souffrent aussi du phénomène de la désertification médicale. En médecine générale, en 2013, l’accessibilité des 10% des Français les mieux dotés est trois fois meilleure que celle des 10% des Français les plus éloignés de l’offre. Les inégalités territoriales sont encore plus marquées pour l’accès aux praticiens de santé et aux spécialistes hors médecine générale : ce ratio atteint 5 pour les masseurs-kinésithérapeutes et les infirmiers, 6 pour les ophtalmologues, 14 pour les pédiatres, 19 pour les psychiatres. L’insuffisance d’accès aux soins suit les contours des inégalités territoriales et sociales … et les accentue.

Reste une solution que je compte développer plus avant à Perpignan : les maisons médicalisées. Il faudra notamment rendre plus adaptées et plus attractives les conditions d’exercice de la médecine de ville à Perpignan, en encourageant l’apparition de maisons pluridisciplinaires (kinés, infirmières, psychologues et médecins dans un même endroit) et en permettant aux médecins de mettre en commun le secrétariat médical. Le but étant bien évidemment de recréer de la proximité et de permettre à tous de consulter rapidement.