Sahara occidental : décision regrettable du Tribunal de l’Union européenne sur le Polisario.

Communiqué de Dominique Bilde, Député européen du Groupe Identité & Démocratie

 

Le Tribunal de l’Union européenne a donc fait droit à la demande du Front Polisario, porte-drapeau des indépendantistes du Sahara occidental, en annulant deux décisions du Conseil portant sur des accords de préférences tarifaires et de pêche avec le Maroc. Ceux-ci devraient, néanmoins, rester en vigueur pendant deux mois, eu égard à la sécurité juridique.

Sans rentrer dans des querelles d’Allemand juridiques, on peut regretter, sur le plan politique, ce satisfecit accordé au Front Polisario, et ce alors même que la reconnaissance américaine de la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental devrait inéluctablement aboutir à un apaisement progressif des tensions.

En tant que député européen de la commission du développement, je tiens également à souligner les interrogations persistantes quant au devenir de l’aide humanitaire européenne octroyée aux camps de réfugiés sahraouis de Tindouf, qui sont de facto placés sous la houlette du Front Polisario. J’ai interpellé de longue date les instances européennes sur cette question, essentielle du point de vue éthique, puisqu’elle porte en l’occurrence sur des soupçons de détournements.

C’est d’autant plus vrai que, à l’heure où la France déplore la disparition tragique de Maxime Blasco, tombé héroïquement au Mali, certaines sources ont tendu à accréditer l’idée de liens au moins indirects entre le Front Polisario et des groupes djihadistes.[1]

Au regard du lourd tribut payé par la France contre le terrorisme islamiste, la transparence est un devoir moral !

[1] Jihâd au Sahel : Menaces, opération Barkhane, coopération régionale, Olivier Hanne et Guillaume Larabi, Bernard Giovanangeli, 3 septembre 2015.