Communiqué de Julie Lechanteux, député français au Parlement européen

Nous avons appris hier soir par le président de la République que les crèches, écoles, collèges et lycées réouvriront à partir du 11 mai.

Alors que dans le même temps les lieux publics, cinémas, salles de spectacle, restaurants etc… resteront fermés.

Certes, il est souhaitable que la reprise scolaire ait lieu le plus tôt possible, car trop d’élèves n’ont pas accès au numérique et ne peuvent être aidés de la même manière par leurs parents. Mais elle ne doit pas se faire sur l’autel du sacrifice du corps enseignant, des enfants et de leurs parents. La Fédération des médecins de France a même estimé qu’en l’état actuel, cela ferait courir un risque inutile.

Par conséquent si le gouvernement souhaite s’en tenir à cet objectif, alors que nous ne savons pas où en sera la crise d’ici-là, il est absolument urgent de pouvoir équiper les enseignants, les élèves, leurs parents, et plus largement les Français, de masques, de matériels de protection, de gels hydroalcooliques, et surtout et avant tout, réaliser un dépistage massif de la population !
Des dispositions qui font leurs preuves dans d’autres régions du monde et que nous devons appliquer en France.

Or, rien ne va en ce sens et rien n’indique que ce sera possible dans un mois.

C’est vers cette absolue priorité que doit servir l’argent de nos impôts. À quoi sert-il sinon ?