Communiqué de presse de Sébastien Chenu, député du Nord

Ce mercredi 5 février, à l’occasion d’une conférence de presse, la rectrice de l’Académie de Lille a annoncé la suppression de plus de 150 postes d’enseignants à la rentrée 2020.

Avec 83 suppressions de postes dans les écoles élémentaires et maternelles et 105 dans les collèges et lycées, l’académie de Lille est la plus touchée.
Dans un contexte de colère des directeurs d’école et de réforme des lycées particulièrement improvisée, ces mesures vont contribuer à dégrader les conditions d’études des élèves et de travail des enseignants.
La baisse du nombre d’élèves aurait pu être l’occasion de diminuer les effectifs par classe et de permettre un accompagnement personnalisé.
Au contraire, le gouvernement s’entête dans une logique purement budgétaire et de coups de rabots généralisés. Le dévouement des personnels enseignants sera ainsi, une nouvelle fois, mis à rude épreuve face aux nombreux dysfonctionnements du système éducatif français et à la surdité du Gouvernement.