Communiqué de Jordan Bardella, député européen, président du Rassemblement National.

Le remaniement annoncé ce jour est conforme en tout point à ce que l’on pouvait attendre d’un début de second quinquennat d’Emmanuel Macron.

Sont reconduits des ministres qui ont lamentablement échoué, au premier rang desquels Eric Dupond-Moretti et Gérald Darmanin, après des années d’explosion de l’insécurité et de poursuite d’une politique d’immigration massive pourtant rejetée par les Français.

La nomination comme porte-parole du gouvernement d’Olivier Grégoire, pour qui Marine Le Pen est une « ennemie à abattre », rend peu optimiste quant au respect de l’opposition et du pluralisme dans les mois à venir et laisse augurer une nouvelle ère de violences, de mépris et d’arrogance macronistes.

Pap Ndiaye est un militant racialiste et anti-flics, qui dénonçait il y a peu le « déni sur les violences policières » en France : sa nomination est un signal extrêmement inquiétant envoyé aux élèves au sein de l’Éducation nationale, déjà gravement minée par le communautarisme.

Ce gouvernement mené par Elisabeth Borne est un gouvernement de l’entre-soi, un gouvernement McKinsey, froid et technocratique. Un « gouvernement de combat »… contre le peuple français.

Les 12 et 19 juin prochains, les Français auront la possibilité de ne pas laisser les pleins pouvoirs à Emmanuel Macron et à son gouvernement de dislocation de la Nation, en envoyant un maximum de députés RN à l’Assemblée nationale pour défendre les Français, leur pouvoir d’achat, leur sécurité et leur mode de vie.