Communiqué de presse de David Rachline,

Maire de Fréjus,

Vice-président du Rassemblement National et Conseiller régional PACA

 

Les collectivités locales, et notamment nos villes petites et moyennes et nos villages, représentent le maillon de proximité essentiel pour les Français. Cependant, nos communes sont depuis des années la cible des gouvernements successifs.

Les gouvernements Macron n’ont pas dérogé à la règle, avec la poursuite des baisses des dotations de l’Etat, mais aussi une mise en cause constante des communes comme responsables de la situation budgétaire catastrophique du pays.

Lors de cette campagne présidentielle, certains candidats veulent aller plus loin, soi-disant pour réaliser des économies, en proposant de diminuer toujours plus les dotations de l’Etat aux collectivités locales. Dotations qui, rappelons-le, avaient vocation à compenser des transferts de compétences qui, eux, demeurent.

Quid des économies sur la fraude, sur l’assistanat ou encore sur le coût de l’immigration massive et incontrôlée dans notre pays ?

C’est pourtant bien aux communes que ces candidats proposent de se serrer la ceinture, au détriment malheureusement des services publics de proximité, si essentiels pour l’ensemble des Français.

Le candidat Zemmour a ainsi annoncé 15 milliards d’économies sur les collectivités locales soit 30% des dotations de l’Etat, le candidat Macron, lui, propose 10 milliards d’économies.

Tout ceci n’est pas sérieux, et ne conduirait qu’à asphyxier encore davantage nos territoires.

Marine Le Pen est la seule candidate à avoir conscience de l’impérieuse nécessité de maintenir les moyens des collectivités locales. Elle cible précisément les vraies dérives et les économies à faire dans l’intérêt de la France et des Français.

Demain, avec Marine, nous arrêterons de considérer les soutiens de l’Etat aux communes petites et moyennes comme des variables d’ajustement et nous mettrons enfin en place un véritable partenariat entre l’Etat et les collectivités locales. Il en va de la survie de nos territoires.