Communiqué de presse de Frédéric Boccaletti, président du groupe RN au Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur

Le nouveau projet de loi présenté par Jean Castex -et pour l’instant ajourné- et visant à instituer un régime pérenne de gestion des urgences sanitaires suscite, avec raison, l’indignation. Ce texte constitue un recul brutal des libertés individuelles en voulant frapper de mort sociale toute personne n’étant pas vaccinée contre la COVID.

Dans notre région, ce nouveau projet de loi n’a pas suscité de réaction particulière de l’exécutif régional et de son Président Renaud Muselier qui s’était pourtant illustré par une communication régulière, sur tout ce qui concerne la politique sanitaire, depuis le début de la crise.

Alors qu’il n’a de cesse de défendre une territorialisation dans le traitement de la gestion de cette crise sanitaire, alors que pas une Assemblée Plénière ne se passe sans que nous entendions parler, encore et toujours des bienfaits de la décentralisation, sans vouloir voir confier toujours plus de responsabilités aux collectivités locales, le Président Renaud Muselier est bien silencieux. Quand bien même ce projet de loi représente tout le contraire de ce qu’il avance régulièrement et se trouve être l’exemple flagrant des errements et des manquements du gouvernement.

Il est nécessaire que Renaud Muselier clarifie sa position sur cette nouvelle attaque en règle contre le bon sens et la liberté des Français.